ChIbi jULie

07 octobre 2013

Euhh, ça a failli passer à la trappe !

Allo?...

Oui, y'a quelqu'un?

Allo? allooooo?

Si quelqu'un m'entend qu'il fasse signe. :)

Ca a franchement failli partir à la poubelle, j'étais à deux doigts...

Et puis ben j'ai commencé à relire et là j'ai tellement ri, aux commentaires, aux trucs passés, que j'ai pas pu. J'ai pas pu.

 

DSCN0974

 

Posté par bulledjoul à 13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 avril 2010

Maybe the last...

2010
Bonheur...

Posté par bulledjoul à 13:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 novembre 2009

I am single again

et oui...

Posté par bulledjoul à 20:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 novembre 2009

RAS

Ou pas.
Il se passe plein de trucs en fait mais c'est la fainéantise qui parle.
Je déménage bientôt normalement. J'ai tellement hâte que ça ne me traumatise plus.

J'ai fait plus d'heures cette semaine et pas n'importe où: au rayon BD avec mon chouchou ^^.

Je suis la fiertée de mon équipe car comme j'ai appris bêtement, je suis la première à avoir vendu l'appareil numérique pour lire des livres téléchargeable dont 10 attendent patiemment depuis 2 mois...du coup, j'ai gagné une bouteille de champ' ; j'aurai préféré un CDI ou même un bon d'achat mais bon je ne crache pas dans la soupe ou plutôt dans le champagne.

La semaine prochaine je vais faire pour la première fois une présentation devant les libraires à côté de Lille. Je suis fière de pouvoir participer encore plus à la vie du rayon. Je vais présenter deux livres: Le club des incorrigibles optimistes et les Arrangeurs, je vous en parlerai après.

J'ai pas de nouvelles de Val depuis dimanche... Vu qu'on se prend la tête souvent en ce moment à cause de nos soucis respectifs je lui ai proposé de laisser passer l'orage (les contrôles/partiels de son école) et qu'il me rappelle quand ça ira mieux. A priori c'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd parce qu'il ne m'a pas recontacté depuis. "Cela vaut-il la peine?" est la question que je commence à me poser, et c'est pas très très bon :s

Demain on fête la crémaillère de Virg; sachant que je vais me lever à 7H30 pour être à la réunion du personnel à 8H15 (oui, du matin...) ça va être dur dur la fin de soirée alcoolisée. hum hum hum

Dimanche je m'attèle au p*** de dossier de pôle emploi car lundi matin j'ai un rendez vous là bas et vaudrait mieux que j'oublie pas ma carte d'indentité (qui est le PREMIER papier qu'on nous demande) comme la dernière fois où j'ai failli accéder à l'entretien...houin houin houin houiiiin (bruit de dépîtement comme dans les dessins animés)

Bon alors oui, mes lectures.

Le Club des Incorrigibles Optimistes de Jean-Michel Guenassia

Dès la lecture du titre j'ai eu envie de le lire mais bon 800 pages ça fait un peu peur quand on a déjà 15milles (non je n'exagère pas) livres à lire. Ma collègue m'en a parlé et vu que j'étais vraiment intéressée, m'a fillé le service de presse (le livre mais gratuit car ou envoyé par l'éditeur ou une épreuve non corrigée du livre). Je l'avais mis sous le coude en attendant le moment opportun pour me lancer dans sa lecture. Déjà que j'avais entamé the Watchmen je me disais que j'attendrai de l'avoir terminer pour me lancer dans un autre. Mais ma chef vénérée m'a proposée cette présentation aux bibliothécaires et là la question s'est posée: qu'allais je leur présenter? Je ne pouvais décemment pas leur présenter Watchmen vu que c'est de la bd et vieille en plus, et il fallait un livre de la rentrée littéraire (ouvrages que je lis rarement, je suis une lectrice de poche donc de livres qui ont au minimum un an déjà). Ma chef m'a conseillée Les Arrangeurs, me disant que c'était un livre qui allait certainement me plaire, qui était facile à présenter et aussi facile à conseiller par la suite. Forcément (et malheureusement) on ne peut pas vraiment présenter tout et n'importe quoi; les bibliothécaires sont censés proposer et conseiller les livres par la suite et il faut que cela soit "lisable" par un maximum de personnes: alors des autres comme Ryu MURAKAMI ou Poppy Z BRITE c'est pas possible.

Mais il me fallait un deuxième livre à présenter, et là Ô bonheur! j'avais la perle, une des perles de la rentrée littéraire... non pas le prix goncourt, non pas le prix renaudot mais le fameux Club des Incorrigibles Optimistes, qui a je précise le prix goncourt des lycéens...comme quoi j'avais senti le succès.

Nous sommes fin des années 50, début des années 60, à Paris, la guerre d'Algérie n'est pas vraiment finie. Michel a dans les 12 ans au début de l'histoire. Il est féru de littérature, de musique (le rock vient d'arriver, les vinyles s'arrachent et Michel et son frère en sont fanas) il est l'un des meilleurs joueurs de baby-foot de la ville mais il n'est pas très à cheval sur les cours et les maths sont sa bête noire. Dans son café favori, intrigué par une porte discrète d'où vont et viennent des hommes, il décide un jour d'assouvir sa curiosité et va jeter un oeil dans cette pièce; le petit panneau "Club des Incorrigibles Optimistes" l'informe directement sur l'humeur des hommes qui s'y trouvent. Il y en a là de tout âge, jouant aux échecs, d'autres les regardant, certains en silence, d'autres en discutant; il y a même Sartre et Kessel en train de rire de bon coeur. A partir de ce jour Michel va faire parti du club et devenir ami avec ces personnages. Ils ont d'ailleurs tous un point en commun: ce sont des immigrés clandestins en France, qui ont fui leur pays de l'Est (Hongrie, Russie, Allemagne, etc...) à cause de raisons diverses mais souvent à cause de la guerre ou du communisme. On va continuer à suivre le quotidien pas toujours rose de Michel et nous allons découvrir les personnages principaux de ce club, leur passé, leur personnalité, les raisons de leur arrivées à Paris...

La lecture est facile, le language employé est le language courant de l'époque à Paris. On s'attache pratiquement à tous les personnages de l'histoire. Les sujets traités sont graves mais ne tombent jamais dans le drama et le ton est si léger qu'on ne s'ennuit pas même lorsque l'auteur nous parle de l'Algérie ou de Staline, thèmes qui ne sont pas toujours faciles à aborder et qui n'intéressent pas tout le monde. C'est un roman facile à offrir à son frère, son père son grand père, sa tante, sa mère, sa soeur, sa cousine, son cousin, sa grand mère, etc...

Les Arrangeurs de Laurence Tellier-Loniewski.

En lisant la quatrième de couverture, et bien qu'il y ait une fiche coup de coeur (dont je n'ai rien compris) et que ma chef me l'ai conseillée, le résumé des Arrangeurs m'a tout sauf bottée. Je commence le premier chapitre et suis complètement décontenancée quand au language et à la conjugaison employée: je lis une rédaction rédigée dans un style très soutenu et ...au passé simple! Il est rare de nos jours de lire des textes où les verbes se finissent en âmes, et ussent... ^^ Je n'adhère pas au premier chapitre (de 2/ 3 pages) mais je m'accroche et là je tombe dans un délice de lecture.

C'est une petite fille qui nous raconte son quotidien. Elle vit dans une résidence de copropriétés où tous les parents sont des bourgeois gauchistes. Les enfants sont bien polis et polissons, les parents présentent bien et font leurs coups en douce. On se surprend à pouffer tout seul dans son lit en lisant les mésaventures de Babar le lapin des voisins, les complaintes des "Fouilles-Merde" et les manigances des enfants et des parents. Le tout raconté si innocemment par cette petite d'une dizaines d'années qui ne se rend pas compte que sa mère et le voisin ne sont pas en train de les espionner mais en train de faire des choses pas très catholiques.

C'est frais, c'est lèger malgré le style très littéraire et c'est à mettre entre toutes les mains ^^

J'ai lu aussi:

Les Heures Souterraines de Delphine de Vigan.

On le sait maintenant: Delphine n'est pas jouasse. J'avais entendu parler de son avant dernier roman: No et Moi qui traite de l'exclusion et des SDF mais je n'avais eu l'occasion de lire quoique ce soit de cette auteur. Et bien c'est chose faite. Si vous êtes en dépression ou que ça ne va pas trop au boulot à cause de vos supérieurs évitez le. Mais sinon vous pouvez y aller.

Les Heures souterraines nous ,parle d'un homme et d'une femme. Celui ci est médecin pour SoS médecin et ne comprend plus le sens de son travail, la vie des autres, et surtout ne comprend plus celle qu'il aime. Celle ci est le bras droit de son supérieur qui, juste pour avoir émis un léger désaccord avec celui ci, est mise au placard, retirée de ses responsabilitées, delogée de son bureau et relogé dans un autre plus petit, miteux, entre les toilettes des hommes et le débaras, et où il n'y a même pas un ordinateur pour travailler. C'est le combat chaque jour de cette mère de trois enfants assez bien lottie tout même financièrement mais qui s'use un peu plus chaque matin au réveil, chaque heures au bureau et chaque minutes psychologiquement. Et c'est la recherche de cet homme de quelqu'un qui pourrait vraiment l'aimer, vraiment avoir besoin de lui, vraiment le désirer, affectivement et professionnellement.

Une écriture claire, des phrases simples pour un sujet assez psychologique, tellement basique et pourtant si destructeur.

Mes prochains sur la liste:

No et moi de de Vigan : je me sens trop de bonne humeur, c'est pourquoi je veux lire un livre pessimiste, arf!

Le Choeur des Femmes de Winkler : toutes mes collègues l'ont lues et toutes ont dit OUI!

Le Mec de la Tombe d'à Côté de je ne sais plus qui : coup de coeur de Mimiso puis de Marie-Claire qui en fait la pub à toutes les femmes qu'elles croisent. A mourir de rire il parrait, donc je vais vérifier.

Quelques bouquins de mon Opé cuisine qui commence dès le mois de décembre; il va falloir que je me remue un peu en fait... Mangez-moi de Desarthe, le Frituriste, Un Monde fou, etc...

Et vous savez le plus marrant ? je ne possède aucun de tous ces livres alors que j'en ai tellement ici que ça déborde !!! Je vais devoir ou les emprunter (et oui nous on peut emprunter au travail) ou les acheter ! (et oui nous on a une réduction sur nos achats au travail ^^)

Sur ces belles paroles chers amis, je vous dis "Hasta Luego, on se reverra sous peu !" pour reprendre notre grand ami Hugue Auffray et je vous laisse un petit visuel/générique de Astro le petit robot (cherchez pas c'est une private joke avec des collègues niark niark niark )

Posté par bulledjoul à 22:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 novembre 2009

I am a pain in the ass

Normalement j'ai la réputation d'être cool, tranquille, un peu maniaque des fois et avec un brin de folie d'autres fois mais je reste fréquentable tout de même.
C'est pourquoi en ce moment je ne me reconnais plus, surtout de mon visage caché ressort seulement, non pas à la pleine lune, ou quand je suis dans une mauvaise période féminine, non, cela ressort juste quand je parle avec Valou. Je le harcèle, je fais ma relou, chiante, flippée, tout ça juste parce que je voudrais qu'il soit plus démonstratif vocabulairement; qu'il me dise "tu me manques" ou "j'ai hâte de te voir" ou "je tiens à toi"... Je ne demande pas LA déclaration d'amour avec des grands "je t'aime, tu es la femme de ma vie", non je ne demande pas cela, juste le petit mot en plus qui fait que une simple discussion s'éclairera de cette petite touche d'amour...et pour moi c'est la Graal de ma journée. Sauf que je ne m'y prend pas bien pour mériter ça.
J'ai tenté plusieurs techniques comme:

1) réclamations mignonnettes.
2) argumentations avec exemples concrets.
3) pleurs.
4) dédain.
5) discussions sérieuses teintées de panique imprévisible.

Et bien le résultat n'a jamais été (assez) satisfaisant.

Je sais pertinnement que Valou tient à moi, du moins je l'espère, mais je suis en ce moment dans une phase de grand trouble; les changements qui arrivent, le futur incertain de pas mal de bases comme les contrats au Furet, ça me fait peur et laisse un goût d'inconfort... alors je voudrais qu'au moins ma relation avec Valou soit sur un pied stable: que je sache où je vais, et si lui en face ressent quelque chose de concret.

Et même si à côté de ça il prouve par plein d'attentions que je compte pour lui, le pouvoir, le poids des mots est incontestable et j'en ai besoin. Mais je n'ai pas envie d'être cette personne paniquée, paranoïaque et instable qui se présente à lui en ce moment.

ps: ça n'a rien à voir mais juste pour l'info et pour vous faire mourir d'envie: j'ai vu Momo en concert avec Val frère et papa, j'ai dit bonjour à Elie Semoun au furet, alors que j'avais des piles de romans érotiques dans les bras huuummm, et le clou! j'ai parlé touché vu Alain Souchon au Furet aussi mais il y était comme client... et ouais ça c'est la classe des classes...héhéhé
alain_souchon_lisa

Posté par bulledjoul à 12:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]


13 octobre 2009

Ca faisait longtemps...

que j'avais pas écrit ici (2 mois et 4 jours)
que j'avais retapé mon cv (1 an)
que j'avais du régler mon réveil pour me lever demain (2 semaines)
que j'avais eu besoin de garant (5 ans)
que j'avais fait une soupe (4 ans)
que j'avais bu du vin rouge (2 semaines et 3 jours)
que j'avais vu Jeanou (3 semaines et quelques jours)
que je ne m'étais pas souvenu de mon rêve de la nuit passée (???)


et puis sinon ça fait longtemps que j'ai pas acheté de bd, que j'ai pas eu  de nouvelles de mon frère, que j'ai pas vu mes collègues du Furet, que je suis pas allée courir, que je suis pas allée à Ellecourt, que j'ai pas dessiné, que je suis pas allée au cinéma, que j'ai pas vu Sly, Mikette, Gongon ou Cécyl...

Posté par bulledjoul à 01:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 août 2009

Loos la loooooose

Et oui ça y est ça fait plus d'un an que je suis sur Lille. Et pour réitérer mon arrivée de l'an dernier je suis à Loos jusqu'au 23 août (pas de fête du village à Ellecourt pour moi :s ).
Alors le but est simple comme d'habitude: médoc et soins dans les yeux pour Oreste mon pote, matin midi et soir. Cela veut dire que même les jours de repos je dois rester ici car je dois mettre les gouttes à Oreste. Donc pas de à Eurodisney ou ailleurs pour le moment et même une virée à la mer est inconcevable. Heureusement il y a internet, la télé 16/9 une douche où l'eau chaude est sans limite et même !!! je viens de la retrouver O joie O bonheur ! la bouilloire déchue !
Aujourd'hui dimanche : glandage pyjama télé internet.
Et canalblog qui bug qui écrit à l'envers ou n'écrit pas du tout du coup ça devient une sacrée mission d'écrire quelque chose ici, sachant que pour vous pondre ces dizaines de lignes il m'a fallu plus de 10 minutes (bah oui ça bug j'vous dit !)

Ah ! oui ! Val est pas là il est parti en vacances pendant on ne sait pas combien de temps, je me retiens de lui envoyer un message et j'y arrive plutôt bien. Interessant non ?

AHHH !!! oui encore mieux !!! Je continue le furet en octobre avec un contrat 24 h en littérature et et et.... normalement quelques heures de plus au 6e étage !! la médecine sciences droit et politique n'aura plus de secret pour moi héhéhé!!! N'est ce pas merveilleux???
(Ben non, ça le sera quand j'aurai un cdi en 35h en littérature, en attendant c'est juste une bonne nouvelle, voila tout ;) )
einllAez je vous laisse car (vous avez vu hei heinn hc omment ca bug sa race !!!) car j'en ai marre de canalblog!

!sulp a suosib sed

Posté par bulledjoul à 15:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 juillet 2009

Ca s'en va et ça revient (bis)

Et ouais, ça revient, mais je ne sais pas si c'est une bonne chose, surtout que la fin est proche proche proche. Et puis bon, je n'ai plus vraiment beaucoup d'amour propre à perdre donc à quoi bon se compliquer plus la vie quand on se la complique déjà bien...

J'explique:

Valentin, vous savez mon amoureux de l'hiver, ben je l'ai revu le 20 juin, et j'ai , grâce à mon grand pouvoir de séduction (manipulation) et charme (pitié) réussi à le faire revenir...
Normalement les règles du jeu étaient simples: on se revoit comme ça, promis je ne m'attache pas, ça risque pas blablabla... Ahhh oui j'avais l'air fière et sûre de moi à ce moment très précis.
Sauf que bon, se voiler la face c'est tellement simple et j'y arrive tellement bien.
Donc on se voit régulièrement avec Val, c'est comme si on était ensemble, on fait les mêmes choses, on voit les mêmes gens, on a les mêmes trips bref, c'est comme si c'était décembre janvier février mais avec le soleil et moins d'actes de présences (à mon O très grand désespoir)

Le truc c'est que Val, il part à Liège faire des études de restauration d'arts, et il part normalement le 1 er septembre. Et forcément on ne se voilera plus là face, ni d'une façon ni d'une autre: non, on ne sera toujours pas plus ensemble, mais moins ça c'est sur, voire plus du tout, encore plus sur et oui, je vais encore avoir du mal à accepter, à me détacher, et à m'habituer au fait qu'il ne soit plus là.

Et puis pour Val, c'est simple; il n'a rien promis, ne promet rien, ne fait pas de plans, ne me laisse rien espèrer. Il est juste là, égal à lui même, aussi gentil et attentionné mais néanmoins très au "dessus" de tous ces minables sentiments que je pourrais ressentir.

Et c'est là que le bat blesse (bas blesse? no sé!) parce que étant consciente de tout cela, je peux où virer ce fardeau tout de suite de ma vie, avoir bien mal un bon coup mais prendre cette décision de moi même. Ou bien accepter le destin comme il doit venir et profiter des moments, de ces semaines à venir avec lui, autant que je peux et qu'il veut me donner, et le voir partir libre comme le vent, le 1 er septembre en me noyant dans mes propres larmes...

La vie n'est pas simple rah non, heureusement d'ailleurs sinon on se ferait sacrément chier, mais des fois elle en fait un peu trop la vie, non?

Je voudrais tout dire à Valentin; lui dire que je suis encore attachée à lui, que c'est revenu, que jai envie d'être avec lui etc mais je sais que si je fais cela je le perd direct. Et puis je ne sais pas vraiment ce que je ressens pour lui. C'est étrange.

Enfin enfin...voilà ma vie en ce moment quoi.
A part ça toujours pareil, le boulot, les gens, la courée... rien de neuf.

En attendant de vos nouvelles...des bisous (comme dirait Jeanou)

Posté par bulledjoul à 23:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 juin 2009

C'est fait de tous petits riens...

-Math de la BD a une copine.

-Je me suis pris la tête avec mon voisin adoré, mon meilleur pote de Lille, la personne avec qui je passe le plus de temps.

-J'ai encore trop bu aujourd'hui

-J'ai revu Dav, et j'ai pas pu m'empêcher de trembler comme une débile en lui parlant (correctement, normalement, sans connerie quand même... mais en tremblant)

mais demain tout ira bien.

Posté par bulledjoul à 02:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 juin 2009

Le zozo de deux boules.

Bah en fait ça va.
Ca va très bien même ^^
La vie est légère et douce, ponctuée de folie et de surprises.
Je me prends plus la tête en fait. Et ça fait vraiment du bien.
Par contre certains autour de moi ont moins de chance en ce moment: deux ruptures en un week end, ça fait beaucoup. Mais ça rapproche aussi. J'ai l'impression que mon amitié avec Joe est de plus en plus solide et avec mon coloc plus appréciable.

J'ai lâché l'affaire avec Dav et Val. Qu'ils restent dans leur coin. Il peut garder la boite à gâteaux si ça lui fait plaisir et je peux garder ses affaires si il veut. C'est beaucoup moins pénible lorsqu'on apprend à se détacher, lorsqu'on oublie ces gens qui ne vous regardent pas. J'apprends encore beaucoup des relations humaines et ça n'est pas près de s'arrêter.

Le changement récent qui m'a fait prendre conscience de la perte de temps et d'énergie à s'occuper de personnes qui ne veulent pas, est la "relation" avec Mathieu, cet arbre indéracinable de ma vie a perdu toutes ses feuilles, tout l'intérêt que je lui portais. Et c'est vraiment arrivé sans que je m'en rende compte: un jour je me suis rendue compte que sa virtuelle présence ne comptait plus vraiment, que lorsque je pensais à lui il ne se passait plus rien et qu'en fait je ne pensais plus à lui. Comme si le charme s'était rompu. Comme avec Christophe le mysanthrope sauf que lui ça n'avait duré qu'un an et demi et que Mathieu a quand même tenu 11 ans, ou plus J'AI tenu 11 ans à aimer virtuellement quelqu'un que je ne connais pas, comme une midinette est amoureuse de son chanteur préféré; mais j'ai viré tous ses posters et jeté toutes ses photos. Je n'écoute plus ses ritournelles sans fond.

J'ai hâte de retourner au furet. De retourner bosser, et puis de découvrir le 4e étage. J'ai hâte d'être intégrée dans ce réseau social, comme personne travaillant, gagnant sa vie, en faisant, O chance merveilleuse, un métier que j'aime, que j'ai rêvé de faire et où je me sens vraiment bien.

Et puis ya Mat(t)hieu là bas...hihihi !! ^^ Qui travaille en bédé et qui est chou chou chouuu. Mais bon, c'est juste comme ça, je ne le connais pas, je ne sais pas qui il est. Et puis je ne me fais aucun cinéma.

Bon bon, allez je vais retourner ranger la chambre, parce que là c'est le foufoufoutoir!!!
Je vous fais des bisous.

(Jécoute Bashung, c'est beau, c'est pure, ça fait du bien:
Tenez cadeau : Comme un légo

bashung1  Il avait la classe quand même.




Posté par bulledjoul à 15:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]