Et ouais, ça revient, mais je ne sais pas si c'est une bonne chose, surtout que la fin est proche proche proche. Et puis bon, je n'ai plus vraiment beaucoup d'amour propre à perdre donc à quoi bon se compliquer plus la vie quand on se la complique déjà bien...

J'explique:

Valentin, vous savez mon amoureux de l'hiver, ben je l'ai revu le 20 juin, et j'ai , grâce à mon grand pouvoir de séduction (manipulation) et charme (pitié) réussi à le faire revenir...
Normalement les règles du jeu étaient simples: on se revoit comme ça, promis je ne m'attache pas, ça risque pas blablabla... Ahhh oui j'avais l'air fière et sûre de moi à ce moment très précis.
Sauf que bon, se voiler la face c'est tellement simple et j'y arrive tellement bien.
Donc on se voit régulièrement avec Val, c'est comme si on était ensemble, on fait les mêmes choses, on voit les mêmes gens, on a les mêmes trips bref, c'est comme si c'était décembre janvier février mais avec le soleil et moins d'actes de présences (à mon O très grand désespoir)

Le truc c'est que Val, il part à Liège faire des études de restauration d'arts, et il part normalement le 1 er septembre. Et forcément on ne se voilera plus là face, ni d'une façon ni d'une autre: non, on ne sera toujours pas plus ensemble, mais moins ça c'est sur, voire plus du tout, encore plus sur et oui, je vais encore avoir du mal à accepter, à me détacher, et à m'habituer au fait qu'il ne soit plus là.

Et puis pour Val, c'est simple; il n'a rien promis, ne promet rien, ne fait pas de plans, ne me laisse rien espèrer. Il est juste là, égal à lui même, aussi gentil et attentionné mais néanmoins très au "dessus" de tous ces minables sentiments que je pourrais ressentir.

Et c'est là que le bat blesse (bas blesse? no sé!) parce que étant consciente de tout cela, je peux où virer ce fardeau tout de suite de ma vie, avoir bien mal un bon coup mais prendre cette décision de moi même. Ou bien accepter le destin comme il doit venir et profiter des moments, de ces semaines à venir avec lui, autant que je peux et qu'il veut me donner, et le voir partir libre comme le vent, le 1 er septembre en me noyant dans mes propres larmes...

La vie n'est pas simple rah non, heureusement d'ailleurs sinon on se ferait sacrément chier, mais des fois elle en fait un peu trop la vie, non?

Je voudrais tout dire à Valentin; lui dire que je suis encore attachée à lui, que c'est revenu, que jai envie d'être avec lui etc mais je sais que si je fais cela je le perd direct. Et puis je ne sais pas vraiment ce que je ressens pour lui. C'est étrange.

Enfin enfin...voilà ma vie en ce moment quoi.
A part ça toujours pareil, le boulot, les gens, la courée... rien de neuf.

En attendant de vos nouvelles...des bisous (comme dirait Jeanou)