Ou pas.
Il se passe plein de trucs en fait mais c'est la fainéantise qui parle.
Je déménage bientôt normalement. J'ai tellement hâte que ça ne me traumatise plus.

J'ai fait plus d'heures cette semaine et pas n'importe où: au rayon BD avec mon chouchou ^^.

Je suis la fiertée de mon équipe car comme j'ai appris bêtement, je suis la première à avoir vendu l'appareil numérique pour lire des livres téléchargeable dont 10 attendent patiemment depuis 2 mois...du coup, j'ai gagné une bouteille de champ' ; j'aurai préféré un CDI ou même un bon d'achat mais bon je ne crache pas dans la soupe ou plutôt dans le champagne.

La semaine prochaine je vais faire pour la première fois une présentation devant les libraires à côté de Lille. Je suis fière de pouvoir participer encore plus à la vie du rayon. Je vais présenter deux livres: Le club des incorrigibles optimistes et les Arrangeurs, je vous en parlerai après.

J'ai pas de nouvelles de Val depuis dimanche... Vu qu'on se prend la tête souvent en ce moment à cause de nos soucis respectifs je lui ai proposé de laisser passer l'orage (les contrôles/partiels de son école) et qu'il me rappelle quand ça ira mieux. A priori c'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd parce qu'il ne m'a pas recontacté depuis. "Cela vaut-il la peine?" est la question que je commence à me poser, et c'est pas très très bon :s

Demain on fête la crémaillère de Virg; sachant que je vais me lever à 7H30 pour être à la réunion du personnel à 8H15 (oui, du matin...) ça va être dur dur la fin de soirée alcoolisée. hum hum hum

Dimanche je m'attèle au p*** de dossier de pôle emploi car lundi matin j'ai un rendez vous là bas et vaudrait mieux que j'oublie pas ma carte d'indentité (qui est le PREMIER papier qu'on nous demande) comme la dernière fois où j'ai failli accéder à l'entretien...houin houin houin houiiiin (bruit de dépîtement comme dans les dessins animés)

Bon alors oui, mes lectures.

Le Club des Incorrigibles Optimistes de Jean-Michel Guenassia

Dès la lecture du titre j'ai eu envie de le lire mais bon 800 pages ça fait un peu peur quand on a déjà 15milles (non je n'exagère pas) livres à lire. Ma collègue m'en a parlé et vu que j'étais vraiment intéressée, m'a fillé le service de presse (le livre mais gratuit car ou envoyé par l'éditeur ou une épreuve non corrigée du livre). Je l'avais mis sous le coude en attendant le moment opportun pour me lancer dans sa lecture. Déjà que j'avais entamé the Watchmen je me disais que j'attendrai de l'avoir terminer pour me lancer dans un autre. Mais ma chef vénérée m'a proposée cette présentation aux bibliothécaires et là la question s'est posée: qu'allais je leur présenter? Je ne pouvais décemment pas leur présenter Watchmen vu que c'est de la bd et vieille en plus, et il fallait un livre de la rentrée littéraire (ouvrages que je lis rarement, je suis une lectrice de poche donc de livres qui ont au minimum un an déjà). Ma chef m'a conseillée Les Arrangeurs, me disant que c'était un livre qui allait certainement me plaire, qui était facile à présenter et aussi facile à conseiller par la suite. Forcément (et malheureusement) on ne peut pas vraiment présenter tout et n'importe quoi; les bibliothécaires sont censés proposer et conseiller les livres par la suite et il faut que cela soit "lisable" par un maximum de personnes: alors des autres comme Ryu MURAKAMI ou Poppy Z BRITE c'est pas possible.

Mais il me fallait un deuxième livre à présenter, et là Ô bonheur! j'avais la perle, une des perles de la rentrée littéraire... non pas le prix goncourt, non pas le prix renaudot mais le fameux Club des Incorrigibles Optimistes, qui a je précise le prix goncourt des lycéens...comme quoi j'avais senti le succès.

Nous sommes fin des années 50, début des années 60, à Paris, la guerre d'Algérie n'est pas vraiment finie. Michel a dans les 12 ans au début de l'histoire. Il est féru de littérature, de musique (le rock vient d'arriver, les vinyles s'arrachent et Michel et son frère en sont fanas) il est l'un des meilleurs joueurs de baby-foot de la ville mais il n'est pas très à cheval sur les cours et les maths sont sa bête noire. Dans son café favori, intrigué par une porte discrète d'où vont et viennent des hommes, il décide un jour d'assouvir sa curiosité et va jeter un oeil dans cette pièce; le petit panneau "Club des Incorrigibles Optimistes" l'informe directement sur l'humeur des hommes qui s'y trouvent. Il y en a là de tout âge, jouant aux échecs, d'autres les regardant, certains en silence, d'autres en discutant; il y a même Sartre et Kessel en train de rire de bon coeur. A partir de ce jour Michel va faire parti du club et devenir ami avec ces personnages. Ils ont d'ailleurs tous un point en commun: ce sont des immigrés clandestins en France, qui ont fui leur pays de l'Est (Hongrie, Russie, Allemagne, etc...) à cause de raisons diverses mais souvent à cause de la guerre ou du communisme. On va continuer à suivre le quotidien pas toujours rose de Michel et nous allons découvrir les personnages principaux de ce club, leur passé, leur personnalité, les raisons de leur arrivées à Paris...

La lecture est facile, le language employé est le language courant de l'époque à Paris. On s'attache pratiquement à tous les personnages de l'histoire. Les sujets traités sont graves mais ne tombent jamais dans le drama et le ton est si léger qu'on ne s'ennuit pas même lorsque l'auteur nous parle de l'Algérie ou de Staline, thèmes qui ne sont pas toujours faciles à aborder et qui n'intéressent pas tout le monde. C'est un roman facile à offrir à son frère, son père son grand père, sa tante, sa mère, sa soeur, sa cousine, son cousin, sa grand mère, etc...

Les Arrangeurs de Laurence Tellier-Loniewski.

En lisant la quatrième de couverture, et bien qu'il y ait une fiche coup de coeur (dont je n'ai rien compris) et que ma chef me l'ai conseillée, le résumé des Arrangeurs m'a tout sauf bottée. Je commence le premier chapitre et suis complètement décontenancée quand au language et à la conjugaison employée: je lis une rédaction rédigée dans un style très soutenu et ...au passé simple! Il est rare de nos jours de lire des textes où les verbes se finissent en âmes, et ussent... ^^ Je n'adhère pas au premier chapitre (de 2/ 3 pages) mais je m'accroche et là je tombe dans un délice de lecture.

C'est une petite fille qui nous raconte son quotidien. Elle vit dans une résidence de copropriétés où tous les parents sont des bourgeois gauchistes. Les enfants sont bien polis et polissons, les parents présentent bien et font leurs coups en douce. On se surprend à pouffer tout seul dans son lit en lisant les mésaventures de Babar le lapin des voisins, les complaintes des "Fouilles-Merde" et les manigances des enfants et des parents. Le tout raconté si innocemment par cette petite d'une dizaines d'années qui ne se rend pas compte que sa mère et le voisin ne sont pas en train de les espionner mais en train de faire des choses pas très catholiques.

C'est frais, c'est lèger malgré le style très littéraire et c'est à mettre entre toutes les mains ^^

J'ai lu aussi:

Les Heures Souterraines de Delphine de Vigan.

On le sait maintenant: Delphine n'est pas jouasse. J'avais entendu parler de son avant dernier roman: No et Moi qui traite de l'exclusion et des SDF mais je n'avais eu l'occasion de lire quoique ce soit de cette auteur. Et bien c'est chose faite. Si vous êtes en dépression ou que ça ne va pas trop au boulot à cause de vos supérieurs évitez le. Mais sinon vous pouvez y aller.

Les Heures souterraines nous ,parle d'un homme et d'une femme. Celui ci est médecin pour SoS médecin et ne comprend plus le sens de son travail, la vie des autres, et surtout ne comprend plus celle qu'il aime. Celle ci est le bras droit de son supérieur qui, juste pour avoir émis un léger désaccord avec celui ci, est mise au placard, retirée de ses responsabilitées, delogée de son bureau et relogé dans un autre plus petit, miteux, entre les toilettes des hommes et le débaras, et où il n'y a même pas un ordinateur pour travailler. C'est le combat chaque jour de cette mère de trois enfants assez bien lottie tout même financièrement mais qui s'use un peu plus chaque matin au réveil, chaque heures au bureau et chaque minutes psychologiquement. Et c'est la recherche de cet homme de quelqu'un qui pourrait vraiment l'aimer, vraiment avoir besoin de lui, vraiment le désirer, affectivement et professionnellement.

Une écriture claire, des phrases simples pour un sujet assez psychologique, tellement basique et pourtant si destructeur.

Mes prochains sur la liste:

No et moi de de Vigan : je me sens trop de bonne humeur, c'est pourquoi je veux lire un livre pessimiste, arf!

Le Choeur des Femmes de Winkler : toutes mes collègues l'ont lues et toutes ont dit OUI!

Le Mec de la Tombe d'à Côté de je ne sais plus qui : coup de coeur de Mimiso puis de Marie-Claire qui en fait la pub à toutes les femmes qu'elles croisent. A mourir de rire il parrait, donc je vais vérifier.

Quelques bouquins de mon Opé cuisine qui commence dès le mois de décembre; il va falloir que je me remue un peu en fait... Mangez-moi de Desarthe, le Frituriste, Un Monde fou, etc...

Et vous savez le plus marrant ? je ne possède aucun de tous ces livres alors que j'en ai tellement ici que ça déborde !!! Je vais devoir ou les emprunter (et oui nous on peut emprunter au travail) ou les acheter ! (et oui nous on a une réduction sur nos achats au travail ^^)

Sur ces belles paroles chers amis, je vous dis "Hasta Luego, on se reverra sous peu !" pour reprendre notre grand ami Hugue Auffray et je vous laisse un petit visuel/générique de Astro le petit robot (cherchez pas c'est une private joke avec des collègues niark niark niark )